L3 Chimie & Master Chimie ChiMaNa, Université du Maine

Orientation : que sont-ils devenus ?

L3 Chimie & Master Chimie ChiMaNa, Université du Maine

Messagepar Drake24 » Mar 7 Fév 2017 22:44

Bonjour,

C'est parti, c'est le volume 2 de mon orientation, vous êtes intéressés par l'art de jouer avec la matière, ou juste curieux de connaitre le parcours pour devenir chimiste, vous êtes au bon endroit (enfin je pense :D )
Pour ceux qui ont pas suivi l'histoire, rendez-vous au volume 1 dans lequel je parle du DUT Chimie au Mans.

Licence 3, option Chimie


Bon je vais pas vous mentir, lorsque l'on sors d'un DUT, faire une L3 générale est pas ce qu'il y a de plus passionnant. Mais il faut y passer si l'on veut accéder au Master. Grossomodo, la L3 c'est moitié moins de cours que en DUT. Le programme, quasiment le même qu'en DUT 2, surtout pour le premier semestre. Ce qui change, le corps enseignant, et les conditions de TP. Bon je suis censé vendre mon cursus pour vous donner envie de faire de la chimie comme moi, mais honnêtement c'est pas l'année qui m'a marqué le plus. Elle m'a tout de même confirmé que la chimie organique bah, c'est mon truc :).

Master Chimie, Chimie fine Materiaux fonctionnels et Nanosciences (ChiMaNa)

Bon on va attaquer le gros morceau. Le tant attendu Master après un an de L3 et d’innombrables parties de tarot, le grand jour est arrivé : j'entamais le BAC+4.
Le Master est divisé en 2 grandes années : Le M1, général, abordant 3 grands domaines de la chimie : La Chimie Organique Fine (ma mie <3), la Chimie des Polymères, et la Chimie Inorganique. Le M2 quand à lui, nous permet de nous spécialiser dans un des domaines de la première année.

Master1 :

Au niveau du premier semestre, bah encore et toujours des révisions le premier mois, sa fait de mal a personne et sa remet les idées en place. Niveau chimie inorganique, il y a beaucoup d'électrochimie, on apprend des théories un peu plus poussées sur les complexes inorganiques ainsi que la Symétrie dans les molécules, initiations au groupes d'espace, qui seront vus au deuxième semestre. Pour la partie polymère, les notions de cinétiques apprises seront revues et un peu approfondies, ainsi que les méthodes de polymérisation (rien d'insurmontable). Et en chimie organique, bah on entame les nouveaux trucs : les intermédiaires réactionnels de type carbocations et carbanions, et toutes sortes de réaction en regardant les réactivités de manière scientifique et non recette de cuisine comme à l'IUT. Il y a aussi des cours sur la modélisation moléculaire, et la spetroscopie RMN sous toutes ses formes digestes et indigestes, ainsi que de la spectrométrie de masse. Ah et puis comme toujours, les partiels en janvier qui font passer de bonnes vacances de noël :rire:

Le deuxième semestre est en deux parties : 3 mois de cours et 2 mois de stage. Les cours sont que des nouveaux trucs. Théorie des Groupes d'espace et Diffraction des rayons X en inorganique, en polymères je me souviens plus..., et en chimie organique on aborde la chimie des hétéroéléments (B,N,P,S,Se,Sn...) ainsi que la chimie organométallique (la chimie des catalyseurs au Palladium et au Ruthénium, mais pas que). De plus il y a des modules de spécialisation, concernant la chimie organique il s'agit de toute la chimie des Réductions et Oxydations, des groupements protecteurs, ainsi que la chimie des hétérocycles (beaucoup de nouveaux trucs, pas toujours faciles a retenir).
Concernant le stage, c'est un stage de 8 semaines. Je l'ai effectué en milieu académique aux laboratoires de l'université du Mans, l'Institut des Molécules et Matériaux du Mans. C'était un stage très intéressant et formateur, dans lequel j'ai effectué la synthèse de ligands pour la chimie des organolithiens. Je ferai probablement un petit post dans mon autre topic pour vous expliquer un peu plus ce que j'ai fait, sans trop rentrer dans les détails.
L'année se termine par les soutenances de stage, la dernière semaine de Juin.

Master 2 :

Bon on rattrape le présent là :)

L'année est divisée en 2 : Le premier semestre de cours et le deuxième en stage.

Le premier semestre, c'est environ 2h-4h de cours par jour. Cela parait peu, mais la quantité de choses à apprendre est très importante, rendant les cours très intenses et passionnants (et je ne vous cache pas que la part de travail personnel pour mémoriser tout cela est aussi conséquente). Mais je vous rassure, avec un bon rythme, on peut faire la fête tout les jeudi soirs :biere:
Les notions abordées sont quasiment toutes nouvelles. Il y a un gros approfondissement de la chimie organométallique, la découverte de l'art de la rétrosynthèse et l’étude de quelques synthèses totales, une partie synthèse organique avancée qui regroupe la chimie radicalaire, la chimie verte et l'organocatalyse. De plus, il y a un cours dédié aux réaction péricycliques (comprendre les cycloadditions, ex : Diels-Alder), ainsi que des cours de synthèse asymétrique (où l'on voit des réactions diastéréo et énantiosélectives). Et sans oublier les éternels cours de Résonance Magnétique Nucléaire, sous ses formes à 2 dimensions, présentation du fonctionnement d'une IRM, et la RMN du solide.
C'est un semestre très intense où il faut s'accrocher, car il est très important dans le dossier pour pouvoir accéder à une thèse.
Partiels en Janvier, bien entendu :D. Je m'en suis bien sorti avec quasiment 14 de moyenne (13,925...).

Le deuxième semestre est donc un stage. Académique ou industriel, suivant sa future orientation. Moi j'ai choisi l'académique. Je suis actuellement en stage depuis la mi-janvier au laboratoire COBRA de Rouen (Mont St Aignan), et j'en suis pour le moment très content. Au passage, trouver un stage de M2 n'est pas toujours une chose facile, on répond souvent à des offres car il faut un financement pour effectuer le stage. Cette année on a pas eu de problème, mais il faut savoir que c'est quasiment impossible de rester dans la même ville. De plus c'est bon sur un CV de montrer que l'on est capable de bouger pour continuer ses études ! Donc petit message aux futurs étudiants 2017 : hésitez pas a changer d'académie et à aller voir ailleurs en France, il n'y a pas que le Sud-Ouest dans la vie (même si il fait chaud...) :)

Au bilan, je suis très content de mon Master au Mans, les cours sont agréables et le corps enseignant est très sympathique, donc même si c'est une petite université, je pense que ce master est une bonne formation, qui ne restreint pas sont enseignement à un domaine de la chimie (même si parfois je vous le cache pas, c'est un peu lourd de bosser la chimie que l'on aime pas, mais c'est important de nos jours d'avoir des connaissances dans tous les domaines).
Je vous laisse un lien vers le site de la fac de sciences si vous êtes intéressés : http://sciences.univ-lemans.fr/Chimie


Voilà voilà fin du volume 2, j'espère que sa a donné des idées à certains terminaux qui aimeraient s'orienter en chimie (APB c'est maintenant et c'est important ;)), et je serai ravi de partager plus d'informations avec les curieux, soit dans ce topic, soit par mp, soit vous demandez a Mr.Prof de laisser un message si vous être trop timides pour créer un compte :D.

Volume 3 en thèse ? le futur nous le dira, en tout cas c'est mon souhait, si je m'étais dit en terminale que je finirai par prétendre à une thèse je n'y aurais pas cru, alors ne vous mettez pas de limite ! si vous aimez vos études, vous apprendrez facilement, donc continuez aussi loin que cela vous plaira !

Allez à bientôt pour une autre histoire !
Pierre
Drake24
 
Messages: 40
Inscription: Mar 13 Nov 2012 17:48
Localisation: Le Mans, Sarthe (72)

Re: L3 Chimie & Master Chimie ChiMaNa, Université du Maine

Messagepar prof » Sam 18 Fév 2017 16:41

Bonjour Pierre,

et bravo pour ce beau parcours en chimie :thup: .
J'étais convaincu que vous aviez le profil pour la recherche : il suffit de relire vos premiers messages et expérimentations sur le forum ! J'espère que vous pourrez trouver une place dans un labo pour y effectuer une thèse sur un sujet qui vous motive. Le choix du labo et du directeur de thèse est très important car il conditionne pour beaucoup la suite.

La rétrosynthèse m'a toujours bluffé : il faut des connaissances et une bonne intuition. Elle nécessite beaucoup de travail pour connaître les outils, les mécanismes... mais cela ne suffit pas toujours pour trouver les voies rétrosynthétiques.
En feuilletant un de mes anciens livres, j'ai pris conscience à quel point on peut vite oublier des notions ! Mais j'y ai retrouvé dans l'intro l'exemple de la rétrosynthèse de la palytoxine (vasoconstricteur) : C129H223N3O54, qui comporte 64 C* et 8 doubles liaisons : il faut synthétiser un seul stéréoisomère parmi les 10^21 possibles !

Image

Une synthèse stéréosélective est indispensable. À l'époque cette synthèse avait demandé huit années de recherche à une équipe !

Merci pour votre message que je relaie sur la page d'accueil.
Bonne continuation en master !
prof
Site Admin
 
Messages: 306
Inscription: Lun 10 Oct 2005 08:48


Retourner vers Après la terminale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron